La Sexoanalyse

                                 "À la recherche de l'inconscient sexuel"

 

                                                           « La  Sexoanalyse  a  comme  objet  d’ étude  l’ inconscient sexuel.  

                                                           En  tant  que  méthode  thérapeutique, elle a pour but de découvrir les conflits

                                                           sexuels et les anxiétés inconscientes dont le trouble sexuel  est porteur, et  de

                                                           les   neutraliser  par   un  travail  correctif   sur  l’imaginaire  (fantasmes)  et   la

                                                           réalité. » ( Crépault) 

 

« L’objectif  central  est donc  d’amener  le patient  à comprendre  la genèse  de son trouble sexuel et les

facteurs  inconscients  qui contribuent à son maintien pour ensuite faire une expérience corrective sur

l’imaginaire  et  le  réel  afin  de  rétablir  la  fonctionnalité  sexuelle  et  de  permettre  l’ acquisition d’une

meilleure maturité et santé sexuelle ». ( Crépault in Les Sexothérapies ) 

 

Les  concepts  en  matière  de santé érotique  permettent à la  sexoanalyse de définir les axes à évaluer

pour tout type de désordre sexuel qu’il s’agisse de sexoses (troubles du désirs, imaginaire hypoactif), de troubles d’excitation sexuelle (troubles érectiles, éjaculation prématurée), de troubles orgastiques, de sexoses coïtales (vaginisme, dyspareunie, troubles orgasmiques coïtaux), de trouble de l’identité de genre, ou d’orientation sexuelle, d’érotisations atypiques, de dysphories intersexuelles (hétérophobie, misogynie, misandrie) ou de désordres de la vie amoureuse. 

 

En sexoanalyse, la santé érotique repose sur :

 

    •   La capacité de désirer, d’imaginer, de jouir ; 

    •   La capacité d’érotiser une personne humaine consentante ; 

    •   L’absence de perversion (hostilité érotisée) ou de déviances majeures (paraphilies) ; 

    •   L’intégration des érotismes fusionnels et antifusionnels ; 

    •   La capacité d’érotiser l’imaginaire et le réel (fantasmes et actes non délictueux) ; 

    •   La capacité d’autoréguler ses désirs érotiques (non-addiction) ; 

    •   La  prédominance  de  la  fonction  complétive (c’est- à-dire l’utilisation de la sexualité surtout pour

         combler des besoins psycho-affectifs) ; sur  la fonction défensive (pour effacer les conflits internes

         et/ou les misères quotidiennes). 

    •   La capacité de sublimer temporairement ses désirs dans des activités créatrices. 

 

La sexualité s’appuie sur trois sphères :

 

    •   "La   Fonction   Érotique",  c’est-à-dire  l’ ensemble   des   manifestations   sexuelles,   qu’  elles   soient

         fantasmatiques  ou  réelles  qui  sont  une  source  de  plaisir  érotique.   La sexualité est vue  comme

         étant  un   construit   psychique,  la   libido   étant   dépendante  de  la   signification  de  ce   construit

         intrapsychique. 

 

    •   "La Genralité", c’est-à-dire la quantité de masculinité et de féminité  porte un individu.

         Il s’agit d’évaluer avec le patient qu’elle est la vision subjective de sa masculinité ou de sa féminité,

         quelques critères objectifs seront définis plus loin. 

 

    •   "Les perceptions et les attitudes conscientes et inconscientes, concernant l’autre sexe".

© 2019   -   Dominique Delrot  -  Psychopraticienne Intégrative  -  Psychothérapeute  -  Sexologue Clinicienne  -  SomaÉnergéticienne  -  All Rights Reserved